Message de soutien aux habitant.e.s de Suttsu depuis Bure

フランス、ビュールより
寿都町の住民の皆さんへの連帯メッセージ

日本語記事はフランス語記事の後にあります。

Des collectifs, des groupes et des citoyenNEs opposéEs au projet Cigéo ont envoyé un message de soutien aux habitantEs de Suttsu, ville de Hokkaido (Japon), qui sont confrontéEs au projet d’enfouissement des déchets radioactifs, tout comme à Bure.

Nous publions ici le texte original en français, ainsi que la traduction en japonais qui a été envoyée au groupe d’habitantEs de Suttsu opposé à ce projet.

Afin de savoir le contexte qui se déroule à Suttsu, lire l’article paru dans Médiapart cité dans le message.

Pour l’historique des projets d’enfouissement des déchets radioactifs, voir le document Notre colère n’est pas réversible cité également dans le message.

北海道寿都町の片岡春雄町長は2020年秋、多くの町民の反対にもかかわらず、高レベル放射性廃棄物の深地層埋設施設の文献調査を受け入れました。同年8月に町長が調査の応募を検討していることが分かると、「寿都に核のゴミはいらない町民の会」が結成され、9月に名称を「子どもたちに核のゴミのない寿都を!町民の会」と改称。以降、反対運動を続けています。同団体にフランス、ビュールから支援のメッセージが届けられました(Note 1)。

ビュールは寿都町のような町ではなく、小さな村ですが、ビュールを高レベル放射性廃棄物の深地層埋設施設にさせない運動はフランスの全国、さらにはヨーロッパの国々まで広がり、脱原発運動の中心の一つになっています。また、高齢化が進む、脱原発・反原発運動の中でビュールの運動には若い人たちが多く、フェミニストやLGBTの運動からの参加も顕著で、運動には華やかなお祭りアクションもあり、次世代への希望にもなっています。

2022年8月にビュール近辺で開催されたビュルレスク・フェスティバルには3日間でフランス全国とドイツから通算約3000人が参加しました。しかし、ビュールの運動は最初からこのような広がりのあるものではなかったのです。寿都町で展開されているのと同じような反対抑え込み、分断政策にさらされ、一進一退を繰り返しながら、多くの市民がこつこつと運動を積み重ねることによって勝ち取ってきたものです。

ビュールからのメッセージにも言及されていますが、このメッセージが多くの人の目にとまり、寿都町での反対運動が町外にも道外にも拡がって、国際的な連帯に繋がることを願っています。

____

Note 1: フランスからの連帯メッセージについては中日新聞に報道されました(有料記事)。

Les efforts des agriculteurs de Fukushima servent à annuler les préjudices causés par TEPCO

Mobilisation des agriculteurs de Fukushima. Crédit: Fédération des agriculteurs de Fukushima

A propos de l’indemnisation des agriculteurs de Fukushima, voici le fil de discussion de Tweet posté par Mako Oshidori (voir la note en bas) traduit par nos soins :

La compensation financière accordée aux agriculteurs après l’accident nucléaire est conçue de manière à ce que la différence entre les ventes avant et après l’accident leur soit versée comme un dédommagement d’un « préjudice d’image ».

Les agriculteurs élaborent leurs propres variétés, développent leurs propres réseaux de vente et font des expérimentations pour limiter le transfert du césium depuis le sol vers les légumes.
Suite à tous ces efforts, quand les ventes sont revenus au niveau d’avant l’accident, la compensation est devenue nulle.
« Ainsi, nos efforts servent à annuler les préjudices causés par TEPCO! »

2) Le césium dans le sol est toujours présent, donc « il ne s’agit pas que d’un problème d’image, mais de dommages réels ».
Les membres de la Fédération des agriculteurs de Fukushima continuent de renouveler leurs demandes concernant « la politique de radioprotection des agriculteurs ».

C’est TEPCO qui bénéficie des effets du slogan « Manger des produits de Fukushima par solidarité » qui amènent à réduire le montant de la compensation touchée par les agriculteurs.
De plus, si un agriculteur ne continue pas à exercer ses activités à Fukushima, il n’y aura aucune compensation.

3) Les agriculteurs de Fukushima ont essayé de trouver un moyen d’empêcher le transfert du césium du sol vers les récoltes.
Dans les années qui ont immédiatement suivi l’accident, il est arrivé que les légumes des départements voisins présentent des niveaux plus élevés de césium que ceux de Fukushima.

Il existe encore des terres agricoles dont la contamination de surface est supérieure à la norme de la zone de contrôle des radiations définie par l’ordonnance sur la prévention des risques liés aux rayonnements ionisants.
Les négociations pour la mise en place de la politique de radioprotection des agriculteurs se poursuivent cette année.

___

Note:
Le couple Mako et Ken OSHIDORI est connu au Japon en tant que manzaishi (duo d’humoristes dans le style des conteurs populaires). Dès le début de l’accident nucléaire de Fukushima en mars 2011, Mako a décidé de participer aux conférences de presse de TEPCO afin d’accéder à des informations qui manquaient dramatiquement dans les médias. Aidée par Ken, son mari et partenaire de travail, elle est ainsi devenue journaliste indépendante, l’une des plus compétentes sur la question de Fukushima, et redoutée à ce titre par TEPCO.

La catastrophe de Fukushima a ruiné leur vie

Ils ont milité pour la justice, mais l’accident nucléaire les a tués de toute façon.

Par Linda Pentz Gunter

Kenichi Hasegawa était producteur laitier dans le département de Fukushima au moment de la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi du 11 mars 2011. Il vivait dans une famille composée de huit personnes, dans le village d’Iitate avec ses parents, sa femme, ses enfants et ses petits-enfants.

Iitate se trouve à environ 50 kilomètres du site nucléaire, mais est rapidement devenu l’un des endroits les plus contaminés par la radioactivité à la suite de la catastrophe de Fukushima. Pourtant, les habitants ont été peu informés et il a fallu plus d’un mois pour qu’un ordre d’évacuation soit émis pour Iitate. Beaucoup ne sont partis qu’à la fin du mois de juin.

M. Hasegawa lui-même est resté à Iitate pendant cinq mois après la catastrophe, s’occupant de ses vaches, jusqu’à ce qu’elles soient toutes abattues. Pendant cette période et jusqu’à la fin de l’année 2012, il a pris plus de dix mille photos et fait 180 vidéos (en japonais) afin de conserver une trace visuelle des conditions de vie sur place.

Le 22 octobre 2021, Hasegawa est décédé d’un cancer de la thyroïde à tout juste 68 ans, très probablement causé par son exposition prolongée à l’iode radioactif libéré, lors de la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi.

Avant la catastrophe nucléaire, Hasegawa possédait 50 vaches laitières et cultivait des légumes. Il était également un leader politique, occupant le poste de maire de son quartier. Mais l’accident de Fukushima a tout changé.

Continuer à lire … « La catastrophe de Fukushima a ruiné leur vie »

Message de Ruiko Muto

Comme chaque année au mois de mars, Yosomono-Net, Réseau international de ressortissants japonais pour la sortie du nucléaire, publie ici le message de Ruiko Muto, militante anti-nucléaire de Fukushima et déléguée de la partie plaignante au procès pénal intenté contre les dirigeants de TEPCO.

The English text is below the French version.

酷い放射線汚染の場所に来てみると、そこには子どもがいた

Arriver dans des zones aussi contaminées et voir qu’on y laisse vivre les enfants

東電福島第一原発事故由来の放射能による環境汚染、被ばくの測定について、フランスの市民団体2つが深く関わっています。ノルマンディーに本拠があるアクロ(ACRO)と南仏に位置するクリラッド(CRIIRAD)です。

Deux associations françaises sont profondément impliquées dans les mesures de la contamination de l’environnement par la radioactivité et de l’exposition de la population suite à l’accident nucléaire de TEPCO Fukushima Daiichi : l’ACRO en Normandie et la CRIIRAD dans le sud de la France.

クリラッド(放射能独立調査情報委員会)はリヨン市の南のヴァランス市にあります。ローヌ河沿いに原発施設が密集している地帯です。1986年のチェルノブイリ原発事故の際、フランス政府の提供する情報と住民の放射線防護の欠如に疑問を持った市民が立ち上げたものです。独立とは、政府、政党、産業から独立しているという意味です。
ヨーロッパ以外にベラルーシ、ウクライナ、ロシア、アフリカ諸国、アメリカ合衆国、ブラジルでも測定調査を行っています。

La CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la RADioactivité) est située à Valence dans une région au bord du Rhône, extrêmement nucléarisée. Elle a été créée suite à l’accident de Tchernobyl par des citoyens qui se sont rendu compte du manque de capacité et moyens des autorités françaises pour informer correctement et protéger les habitants. « Indépendantes » signifie indépendance vis-à-vis des autorités, des partis politiques et des industries. La CRIIRAD a effectué des mesures en Europe mais aussi en Outre-mer  (Polynésie française), en ex URSS (Biélorussie, Ukraine, Russie), en Afrique (Algérie, Gabon, Malawi, Mali, Namibie, Niger), et en Amérique (USA, Brésil).

「遠くの隣人3.11」は2013年設立当初リヨン市に本部があり、その後2020年にグルノーブル市に移りましたが、ヴァランス市は地理的に近く、公開講演会の折りや日本からの事故被災者の皆さんのツアーの際など、クリラッドとの交流を築いてきました。

Du fait de la proximité géographique, dès sa création en 2013, l’association Nos Voisins Lointains 3.11 a sollicité la coopération de la CRIIRAD lors des conférences publiques ou des tournées de la délégation des sinistré-e-s de l’accident de Fukushima.

測定分析室(ラボ)長のブルーノ・シャレロン氏は核物理学技師で、2011年5、6月と2012年6月に日本に測定に行っています。
ブルーノ・シャレロン氏によると、インタビューに出てくる2011年5、6月の測定では東京から茨城県、福島県、宮城県の10カ所強の地点で土壌採集分析を行っています。空間線量の測定は100ヶ所ほどです。

Bruno Chareyron est ingénieur en physique nucléaire et chef du laboratoire de la CRIIRAD. Il s’est rendu au Japon pour prendre les mesures de la radioactivité aux mois de mai et juin 2011 et en juin 2012.
Selon Bruno Chareyron, l’équipe de la CRIIRAD a effectué une dizaine de prélèvements du sol et leur analyse, et une centaine de mesures de la radioactivité ambiante lors de la mission des mois de mai et juin 2011.

今回ここにアップするのはフランス語圏スイス脱原発団体のフィリップ・ド・ルージュモン氏によるブルーノ・シャレロン氏の1時間超のインタビューの福島第一原発事故に関する部分をルージュモン、シャレロン両氏の了解の元に、「遠くの隣人3.11」が抜粋編集し日本語字幕をつけたものです。日本語字幕を選ぶにはPC/Mac の場合は、設定の歯車アイコンをクリック、字幕/日本語と選んでください。携帯の場合は右上の縦に並んだ3つの点をクリック。同様に字幕/日本語と選んでください。

La vidéo que nous partageons ici contient l’entretien de Bruno Chareyron par Philippe de Rougement de Sortir du Nucléaire Suisse Romande. Avec l’accord de MM De Rougement et Chareyron, nous avons édité une version courte de cet entretien avec les passages concernant l’accident nucléaire de Fukushima Daiichi, version que nous avons sous-titrée en japonais.

オリジナルの完全版はこちらですが、日本語字幕はついていません。
Vous pouvez voir la version complète originelle ici, sans sous-titres en japonais.

Continuer à lire … « 酷い放射線汚染の場所に来てみると、そこには子どもがいた »

Message from Ruiko MUTO

Ruiko MUTO

To everyone around the world

It has been ten years since the Fukushima Daiichi nuclear power plant disaster of March 11th, 2011. I would like to thank you all from the bottom of my heart for your continuous support to Fukushima.

“Reconstruction” is the word frequently cited at the moment in Hamadori, the coastal area in the east of Fukushima Prefecture, where the disaster-struck plant is located. In a recent magazine picture, I came across the phrase « If you have time to look back, move forward instead » written on the back of jumpers worn by event staff at a new town hall inauguration in a part of the region where the evacuation order had just been lifted. I was deeply shocked and furious. Nothing has come to an end yet – I simply cannot turn a blind eye to the grim reality and move on. How much must the aggrieved people be humiliated? Why did the victims have to be given such a jacket? All of these thoughts ran through my head.

Ten years after the disaster, the Japanese government now plans to release the contaminated water stored on the premises of the wrecked plant into the ocean despite protests from the local governments and fishing industry. It is also leading experiments to see whether contaminated soil removed from various locations in Fukushima can be used to grow vegetables. Public authorities are trying hard to limit the number of thyroid cancer screening tests on children, claiming that there is a concern over “overdiagnosis”. Meanwhile, it has only recently turned out that the sealing plugs sitting on top of the No. 2 and 3 reactor containment vessels were fatally contaminated. There may be a roadmap to decommissioning the reactors but we don’t know yet how the decommissioning can be completed. There is still a long way to go. Local storytellers at the Great East Japan Earthquake and Nuclear Disaster Memorial Museum have been given strict instructions about what to say and what not to say. A huge amount of the public money earmarked for the reconstruction efforts was spent on building the Fukushima Medical Device Development Support Centre, which is running a big loss. The Japanese government has decided to remove floating offshore wind pilot turbines from Fukushima. An expert panel on the future of the disaster-struck municipalities once said that they would no longer push to ensure that the government takes responsibility for the reconstruction.*

We have seen damages covered up, victims abandoned, safety standards for radiation protection grossly lowered, the responsibility for the disaster not properly pursued and the nuclear industry allowed to continue profiteering with the help of the government which even aims to reinvigorate the business. Is this really the kind of reconstruction the victims of Fukushima have been hoping for?  

However, this is no time to give up and sit on our hands. There are things that we as individuals have to do immediately in this complicated world where the truth has become difficult to discern. Let’s protect the lives of children, fostering their health and sound judgments, as they will be looking after the globe in the future. Let’s continue to pursue the responsibility for the nuclear disaster and pass on our hard-learned lessons to the next generation. Let’s think about renewable energy, our way to live and possible energy policies. Let’s stop further destruction of the natural environment. Let’s support all the nuclear-related victims so that they can live safe and content lives.

Standing together and going step-by-step with grace and cheer, we can overcome yet further challenges that will confront us all over the world.

March 2021 in Fukushima

Ruiko Muto

Chair of the Complainants for the Criminal Prosecution of the Fukushima Nuclear Disaster

Member of Fukushima Women Against Nuclear Power

http://hidanren.blogspot.com

http://kokuso-fukusimagenpatu.blogspot.com/p/blog-page_5112.html

(Translated from Japanese by JAN UK)

*Note: The panel later decided not to delete the phrase “the government is responsible for the reconstruction” from their statement. 

Message available in 6 languages
日本語 <English> <Français> <Deutsch> <Italiano> <Nederlands> on the web site of Yosomono Net.

Incendies près de la centrale de Tchernobyl

Nous présentons ici la communiqué de CRIIRAD du 23 avril sur les incendies forestières près de la centrale de Tchernobyl et ses conséquences et sa traduction en japonais.

チェルノブイリ原発近辺の森林火災についての、フランス市民研究所クリラッドの4月23日のプレスリリースをご紹介します。各パラグラフのフランス語の後に日本語訳があります。

Voici le lien au site de CRIIRAD.
こちらがクリラッドのHPです。

Voici les liens aux communiqué en PDF et au tableau de résultats de balise.
こちらがプレスリリースのPDFとモニターのフィルター分析結果の表です。

200423_cpCRIIRAD_incendies_Tchernobyl

200423_cpCRIIRAD_incendies_TchernobylMars_2020-Avril_2020

スクリーンショット 2020-04-24 19.19.14

La contamination de l’air

Le niveau de contamination de l’air en France, par les panaches issus des incendies qui se sont déroulés du 4 avril à ce jour en Ukraine n’est pas un sujet d’inquiétude (1).
La CRIIRAD l’a indiqué dans ses différents communiqués de presse. Cette appréciation résulte d’abord des modélisations de trajectoire et de dispersion des panaches effectuées avec le logiciel Hysplit, de l’exploitation des mesures publiées par divers services en Ukraine et du retour d’expérience concernant les incendies antérieurs. Les premières estimations de la CRIIRAD sont en cohérence avec les modélisations publiées par l’IRSN le 15 avril (même si la CRIIRAD s’interroge sur les marges d’incertitude de ces modélisations).
Sur la base des mesures réalisées sur les filtres de ses balises en Vallée du Rhône, la CRIIRAD a pu confirmer dans un communiqué du 14 avril, que l’activité moyenne du césium 137 dans l’air est restée très faible, inférieure à 6 μBq/m3 (microBecquerels par mètre cube). Ceci a été expliqué dans une vidéo le 16 avril.
La CRIIRAD a vérifié chaque jour les résultats donnés par les autorités en Suisse (2) et qui ont confirmé une contamination en césium 137 très faible. Dans la période du 6 au 15 avril par exemple, ces résultats sont de l’ordre de 0,4 à 1,8 μBq/m3 . Ces valeurs restant dans les fluctuations observées au cours des dernières années, il n’est pas possible de quantifier l’apport spécifique des incendies. Rappelons qu’au moment des retombées de 1986 en France, il s’agissait de concentrations en césium 137 autour de 1 million de fois plus importantes, s’accompagnant de tout un cocktail d’autres substances radioactives. Il est regrettable qu’il n’existe pas de système centralisé en Europe permettant aux citoyens d’avoir accès rapidement à des mesures de concentration en éléments radioactifs dans l’air ambiant (le site EURDEP est même en régression). Il est étonnant que l’IRSN n’ait toujours pas publié des résultats de mesures issus des balises de son réseau OPERA.

大気汚染

4月4日に発生し、今日に至っているウクライナの火災からのプルームによるフランスでの大気汚染は心配するようなレベルではありません(1)。
CRIIRADは、これについて、すでに幾つかのプレスリリースを発表しています。 この評価は、まず第一に、Hysplitソフトウェアを使用して実行されたプルームの軌道と分散のモデリング、ウクライナのさまざまな部門が発表した測定値、および以前の火災に関するフィードバックから得られています。 最初のCRIIRAD推定値は、4月15日にIRSN(フランス放射線防護原子力安全研究所)によって公開されたモデリングと一致しています(これらのモデリングの不確かさのマージンについての疑問付きではありますが)。
ローヌ渓谷のモニターのフィルターで行われた測定に基づいて、CRIIRADは4月14日のコミュニケで、空気中のセシウム137の平均放射能は6μBq/ m3未満という、非常に低いレベルにとどまっていることを確認しました。これは4月16日のビデオで説明されています。
CRIIRADはスイス当局(2)から与えられたデータを毎日検証しましたが、これらはやはり非常に低いセシウム137汚染を示しています。 たとえば、4月6日から15日までの期間では、これらの結果は0.4から1.8μBq/ m3の範囲です。 これらの値は、近年観察された変動の範囲内にあり、 今回の火災の特定の量的寄与を観測することはできません。1986年のフランスでの放射性降下物の時は、セシウム137濃度が約100万倍高く、また、他の放射性物質のカクテルが伴っていたことを思い出してください。残念なことに、ヨーロッパには情報を集中管理するシステムが存在せず、市民は大気中の放射性元素の濃度の測定値にすばやくアクセスすることができません(EURDEP -EUropean Radiological Data Exchange Platform- サイトはすたれる一方です)。 IRSNがOPERA-Airネットワークのモニターからの測定結果をまだ公開していないことは驚くべきことです。

La radioactivité a-t-elle augmenté à Kiev à cause des incendies ?

Les citoyens ont été troublés par le discours tenu par les autorités Ukrainiennes et par l’IRSN (par exemple dans son communiqué du 15 avril 2020) sur la «non augmentation de la radioactivité à Kiev ».
En effet, a contrario, la concentration en césium 137 (radioactif) dans l’air à Kiev, a bien nettement augmenté, comme l’a indiqué la CRIIRAD dans ses communiqués. Elle a même augmenté ponctuellement certains jours de plus de 700 fois3 au-dessus du niveau « habituel ».
Cependant, la quantité de radiations émises par ces atomes de césium 137 n’était pas suffisante pour entraîner une augmentation mesurable du niveau de rayonnement gamma ambiant. En effet, il y a déjà un niveau de radiation non négligeable lié à la présence d’éléments radioactifs naturels (et artificiels) dans le sol. Pour qu’un nuage radioactif augmente cette radioactivité ambiante, il faut une forte contamination de l’air. Certaines de ces notions sont abordées dans notre film « Invisibles Retombées » (4) . Des augmentations de l’activité du césium 137 dans l’air à Kiev de l’ordre de quelques centaines de micro Becquerels par m3 voire ponctuellement quelques milli Becquerels par mètre cube, ne peuvent pas être mises en évidence par des mesures directes avec un simple compteur Geiger, ni même une sonde gamma professionnelle.

火災のためにキエフで放射能が増加したか?

ウクライナ当局とIRSN(例えば2020年4月15日のプレスリリース)による「キエフでの放射能は増加していない」という見解に市民は不安を感じました。
確かに、見解とは反対に、キエフの大気中のセシウム137(放射性)の濃度は、CRIIRADがプレスリリースで示しているように、明らかに増加しました。 日によっては、一時的に「通常」のレベルを700倍以上超えるレベルに達しました。
しかし、これらのセシウム137から放出される放射線の量は、空間のガンマ線のレベルを測定可能なほど増加させるには不十分でした。 実際、土壌中の自然(および人工)放射性物質による、かなりのレベルの放射線がすでに存在しています。 放射性雲がこの空間線量を増加させるためには、強い空気汚染が必要です。 これらの概念のいくつかは、私たちの映画「目に見えないフォールアウト」(4)で説明されています。1立方メートルあたり数百マイクロベクレルまたは1立方メートルあたり数ミリベクレルのオーダーのキエフの大気中のセシウム137の増加は、簡易なガイガーカウンターや、プロのガンマプローブを使っても、直接測定では実証できません。

La radioactivité de l’air à Kiev était-elle dangereuse?

Des habitants très inquiets de Kiev ont interrogé la CRIIRAD sur les risques sanitaires liés à l’inhalation des fumées issues des zones incendiées. Si on fait confiance aux chiffres des services officiels Ukrainiens sur la concentration en césium 137 dans l’air et que l’on calcule les doses pour les habitants qui inhalent cet air, on reste sur des impacts dosimétriques qui ne sont pas préoccupants, même en prenant des hypothèses très majorantes (5). Mais on ne dispose pas de tous les éléments pour faire une évaluation complète, en particulier les teneurs en plutonium, américium, strontium 90. Se pose également la question de l’impact des substances chimiques et des effets sur l’organisme de l’inhalation de microparticules voire de nanoparticules. Il faut aussi rappeler que les habitants de Kiev sont exposés régulièrement à des fumées issues d’incendies, il faut donc tenir compte des expositions cumulées.

キエフの空中放射能は危険だったか?

 不安に苛まれていたキエフの住民から、火災地域からの煙を吸い込むことによる健康リスクについてCRIIRADに問い合わせがありました。大気中のセシウム137の濃度に関するウクライナ当局の数値が信頼できるものとし、この空気を吸入する住民の線量を計算すると、非常に多めに見積もっても、心配することのない線量測定の影響に留まります (5)。しかし、私たちは完全な評価を行うためのすべての要素、— 特にプルトニウム、アメリシウム、ストロンチウム90 の内容に関するー を持っているわけではありません。また、化学物質の影響や、マイクロ粒子やナノ粒子を吸入することによる人体への影響の問題もあります。また、キエフの住民は定期的に火災による煙にさらされていることを忘れないでください。したがって、累積的な曝露を考慮する必要があります。

Les risques dans les zones proches des incendies

Les doses pour les pompiers, militaires et autres personnes qui interviennent directement dans la zone d’exclusion et également pour les habitants des zones proches sont un réel sujet de préoccupation. Les calculs faits par la CRIIRAD montrent que les doses pour les pompiers ne sont certainement pas négligeables et pourraient dépasser les limites sanitaires pour le public, notamment du fait de l’irradiation externe. S’agissant des doses liées à l’inhalation, on manque de données concernant le strontium 90 ainsi que les transuraniens (plutonium et américium) qui sont très radiotoxiques et dont la présence a été attestée à des niveaux non négligeables lors de précédents incendies (notamment en 2015). La CRIIRAD a posé la problématique des niveaux de plutonium dans son communiqué (6) du 8 avril 2020. Depuis, certains incendies se sont développés dans des territoires encore plus proches du réacteur accidenté et encore plus contaminés par le plutonium. Etonnamment, dans ses communiqués du 15 et 17 avril, l’IRSN n’évoque pas cette question. Sauf erreur de notre part, les sites officiels Ukrainiens n’ont donné aucune information sur les niveaux de plutonium remis en suspension par les incendies.

火災に近いエリアでのリスク

立入禁止区域で直接働いている消防士、兵士 、その他の人々、そしてまた近隣地域の居住者の線量は実に懸念されるところです。 CRIIRADの計算によると、消防士の線量は微量ではなく、外部被ばくにより、公衆の健康安全限界を超える可能性があります。吸入による線量に関しては、ストロンチウム90と超ウラン物質(プルトニウムとアメリシウム)に関するデータが不足しています。これらは非常に放射性毒性があり、その存在は以前の火災(特に2015年)の際、かなりのレベルで確認されています)。CRIIRADは、2020年4月8日付けのプレスリリース(6)でプルトニウムのレベルの問題を提起しました。それ以降、火災は事故を起こした原子炉にさらに近づき、プルトニウムによってさらに汚染された地域で燃え続けました。驚いたことに、4月15日と17日のプレスリリースでは、IRSNはこの問題について言及していません。私たちが間違っていない限り、ウクライナの公式ウェブサイトは、火災によって空中に再拡散されたプルトニウムのレベルに関する情報を提供していません。

La sûreté des installations nucléaires

Les incendies se sont approchés à moins d’un kilomètre de la centrale accidentée de Tchernobyl. La CRIIRAD a fait part de son inquiétude sur les risques potentiels sur la sûreté des installations nucléaires et des entreposages de déchets qui sont particulièrement nombreux dans la zone d’exclusion. D’autant plus que nombre de dépôts de déchets et installations sont loin de satisfaire aux critères de sûreté en vigueur aujourd’hui. Se pose également la question des risques vis-à-vis des combustibles irradiés au cas où, par exemple, les incendies pourraient détruire les alimentations électriques des systèmes de refroidissement de la piscine (7) centrale ISF 1. Elle contient la plupart, si ce n’est la totalité, des quelques 21 000 assemblages de combustibles irradiés issus des réacteurs 1 à 3. Toutes ces questions mériteraient des expertises indépendantes, approfondies et ne portant pas que sur des dossiers, mais comportant des missions in situ.

原子力施設の安全性

火災は事故を起こしたチェルノブイリ原発から1キロ未満まで接近しました。 CRIIRADは、立入禁止区域に特に多い、核施設および廃棄物貯蔵所の安全性に対する潜在的なリスクについて懸念を表明しました。多くの廃棄物貯蔵所や施設は、今日施行されている安全基準を満たしていないため、なおさらです。また、例えば、火災が湿式中間貯蔵施設ISF-1 (7) 中央冷却プールへの電気供給を破壊した場合の放射性燃料集合体に関するリスクの問題もあります。この冷却プールは原子炉1から3からの約21,000の使用済み燃料集合体のすべてか大部分を収容しています。これらの問題はすべて、書類上だけでなく、現地での調査も含めた、独立した第三者機関の詳細な分析に値します。

Rédaction: Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire, directeur du laboratoire de la CRIIRAD. Contact: bruno.chareyron@criirad.org

文責 ブルーノ・シャレロン クリラッドラボディレクター、原子物理学エンジニア、コンタクト bruno.chareyron@criirad.org

______

(1) Il en va de même pour les niveaux des retombées qui en découlent (eau de pluie, sol, denrées alimentaires exposées à l’air).
結果として生じるフォールアウトのレベル(雨水、土壌、空気に曝された食物)についても同じことが言えます。

(2) https://www.radenviro.ch/fr/acces-aux-donnees/

(3) Elle est passée par exemple de valeurs inférieures à 0,01 mBq/m3 à 5 -7 mBq/m3le 8 avril, voir https://www.sstc.ua/news/operativne-povidomlennya-pro-rezultati-vimiryuvannya-koncentraciyi-ceziyu-u-povitri-v-m-kiyevi

たとえば、4月8日に0.01 mBq / m3未満の値から5 -7 mBq / m3に変化しました。以下のリンク参照。https://www.sstc.ua/news/operativne-povidomlennya-pro-rezultati-vimiryuvannya-koncentraciyi-ceziyu-u-povitri-v-m-kiyevi

(4) https://www.youtube.com/watch?v=UaH5heMIC_k&list=PL3IbOGKW-BxbaokXV_OmxjTG0AClwsSf9&index=3&t=0s

(5) Pour un adulte, inhaler par exemple de l’air contenant 1 mBq/m3 de césium 137 (soit 1000 μBq/m3 ce qui constitue une valeur supérieure à la plus forte valeur journalière mesurée soit 700 μBq/m3), avec un débit respiratoire majoré à 2 m3/h, pendant, par exemple 3 semaines, revient à inhaler 1 Bq de césium 137. En appliquant le facteur de dose le plus pénalisant de la CIPR cela donne une dose efficace engagée inférieure à 0,1 micro Sieverts ce qui est très faible au regard de la dose maximale annuelle admissible pour le public qui est de 1000 micro Sieverts par an.

成人の場合、たとえば、セシウム137を1mBq / m3含む空気(つまり、1000μBq/ m3、これは、測定された1日の最高値、700μBq/ m3より大きい値)を、呼吸数を多めにとり、2m3 / hで、3週間吸い込んだ場合、1Bqのセシウム137を吸入することになります。ICRPの最も実害の高い線量率を適用すると、これは0.1マイクロシーベルト未満の預託実効線量になり、公衆の年間最大許容線量である、年間1000マイクロシーベルトに照らし合わせても非常に微量と言えます。

(6)http://balises.criirad.org/pdf/200408_Incendie_Radioactivit%C3%A9_Tchernobyl_CP_CRIIRAD.pdf

(7)Dans son communiqué du 15 avril, L’IRSN a indiqué que tous les combustibles irradiés étaient entreposés désormais à sec dans l’installation ISF 2, alors qu’en réalité cette opération devrait prendre une dizaine d’années selon l’exploitant de cette installation. Nous avons souligné cette erreur dans une vidéo du 16 avril. L’IRSN a rectifié dans son communiqué du 17 avril.

IRSNは4月15日のプレスリリースで、使用済み燃料はすべてISF-2施設で乾燥状態で保管されていたと述べました。実際には、この設備のオペレーターによると、乾燥貯蔵への移行には10年かかります。 クリラッドは4月16日の動画でこの間違いを指摘しました。 IRSNは4月17日のプレスリリースでこの点を修正しています。

Appel à pétition pour protéger les enfants de Fukushima de l’irradiation

La 3e Pétition pour demander une délibération et un jugement justes pour

« Procès pour protéger les enfants de l’irradiation »

Affaires civiles du Tribunal de district de Fukushima

Il existe deux volets dans le « Procès pour protéger les enfants de l’irradiation » : le « procès pour les droits de l’homme chez les enfants » et le « procès des parents-enfants ». Le premier demande la reconnaissance du droit des écoliers et des collégiens du département de Fukushima de jouir de l’éducation dans un environnement sain. La demande s’adresse aux gouvernements locaux. Le second demande la reconnaissance de la responsabilité des exécutifs de ne pas avoir pris des mesures nécessaires et ainsi d’avoir exposé les enfants aux radiations inutilement. La partie civile composée des enfants et de leurs parents, qui étaient résidents dans le département de Fukushima lors de l’accident nucléaire de Fukushim Daiichi, demande des indemnisations à l’Etat et au département de Fukushima.

L’exécutif japonais sous-estime totalement les risques sanitaires liés à l’exposition aux faibles doses de radioactivité et à l’irradiation interne due à la contamination de l’environnement (notamment du sol) ou aux aliments contaminés. Du ce fait, de nombreux enfants subissent une irradiation qu’ils auraient pu éviter. D’après les examens de la thyroïde pratiqués sur les enfants et adolescents âgés de moins de 19 ans lors de l’accident nucléaire, à la date du 25 décembre 2017, le nombre de cancers diagnostiqués s’élève à 193 cas. Toutefois, l’exécutif persiste à considérer qu’il n’y a pas de lien entre ce fait et l’irradiation, et n’a pas ordonné d’enquête pour identifier la cause de la fréquence élevée des cancers. Il est urgent de protéger les enfants de l’irradiation. Puisque l’exécutif refuse de prendre des mesures en ce sens, c’est notre souhait profond que le pouvoir judiciaire rende un jugement se fondant sur le bon sens et tenant compte de la réalité de l’exposition aux éléments radioactifs.

Trois ans et six mois après avoir intenté l’accusation, le procès entre dans la phase où seront examinés les conséquences de l’exposition aux faibles doses ainsi que le risque d’irradiation interne du à la contamination de l’environnement (notamment du sol) ou aux aliments contaminés. Nous demandons au Tribunal du district de Fukushima une délibération et un jugement soignés, rapides et justes, par égard pour la situation et l’inquiétude des enfants et des parents qui ont été brutalement plongés dans un environnement radioactif.

Merci de signer ICI! (le texte en français après le texte anglais)

CNERJ-for_last image

Petition Call for fair deliberation and judgment for the « Trial to Protect Children from Irradiation »

Please sign!

To the Civil Department of Fukushima District Court

There are two parts in the « Trial to Protect Children from Irradiation »: the « Children’s Rights Trial  » and the « Parent-Child Trial ». In the case of the first trial the defendants are the local governments. The plaintiffs demand the recognition of the right of primary and secondary school students of Fukushima Prefecture to enjoy education in a healthy environment. The second trial requires the recognition of the responsibility of the central and prefectural governments for not having taken the necessary protective measures and thus for unnecessarily exposing the children to radiation. The civil party, consisting of children and their parents who were residents in the Fukushima Prefecture when the Fukushima Daiichi nuclear accident occurred, seeks compensation from the Fukushima prefectural and Japanese central governments.

The Japanese government totally underestimates the health risks associated with low-dose radiation exposure, and with internal radiation from the soil, water or air, or from contaminated substances. As a result, many children are exposed to the radiation they could have avoided. According to the thyroid examinations performed on children and adolescents under the age of 18 at the time of the nuclear accident, as of December 25, 2017, the number of cancers diagnosed was 193 cases. However, the government continues to consider that there is no link between this fact and irradiation, and has not undertaken research to find out the cause of the greatly increased frequency*. We must protect children from radiation. Since the government refuses to take action, it is our deepest wish that the judiciary would make a reasonable judgment taking reality into account.

Here is the site of Change.org where you can sign the petition.

Below is the text prepared by the Citizens’ Network for Evacuation from Radiation Japan (of March 2018) which explains the context. Continuer à lire … « Petition Call for fair deliberation and judgment for the « Trial to Protect Children from Irradiation » »

To those who are working hard for renouncing nuclear energy: message from Ruiko Muto

It has been eight years since the Fukushima Daiichi nuclear power plant disaster on March 11, 2011. I would like to thank you all for your continuous attention and support. I am also grateful for your lasting efforts to abandon nuclear power plants all over the world. As the 3.11 anniversary is approaching, I am inevitably stirred by memories of the disaster and continue to realise that injustice and suffering caused by the accident have never gone away.

 

Continuer à lire … « To those who are working hard for renouncing nuclear energy: message from Ruiko Muto »